Auroville #3 : les éco-matériaux, au nom de la terre

0 Publié par - 21 janvier 2019 - Non classé

Naturellement éco-friendly, Auroville est à la pointe des techniques constructives en terre crue et diffuse son savoir-faire bien au-delà des frontières de l’Inde. Autre matériau à l’honneur des formations pour architectes : le bambou, durable et rapidement renouvelable.

Les premières huttes d’Auroville, il y a cinquante ans, ne différaient guère des constructions du Tamil Nadu alentour. Structure de bambou, toit de feuilles de palmier, terre crue… L’architecture était forcément éco-friendly. Les constructions qui suivirent, et notamment celle du Matrimandir bâtiment iconique de la « cité de l’aurore », ont cependant largement fait appel au béton. Mais les éco-matériaux n’ont jamais disparu du bâti et font même l’objet d’une expertise qui aujourd’hui rayonne et essaime à l’international. Terre crue et bambou notamment sont en plein renouveau. Il faut dire qu’en Inde, comme partout dans le monde, les réserves de sable s’épuisent et renchérissent le prix du béton.

terre-crue

Auroville Earth Institute est l’organisme phare d’Auroville pour le développement de la construction en terre crue. L’institut – partenaire de CRAterre et de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble – exerce une intense activité de recherche et développement et travaille également à la promotion et au transfert de technologie. Il organise ainsi des ateliers pour apprendre la réalisation d’arcs, de dômes et de voûtes dont certaines de grande portée. L’approche est évidemment bio-climatique et privilégie ventilation passive, éclairage naturel, récolte des eaux pluviales…

Solidarité autour de la terre

L’institut aurovillien travaille dans 36 pays du globe pour contribuer à y développer les traditions ancestrales et vernaculaires de la terre crue en la combinant avec les techniques modernes de terre stabilisée ou de blocs à emboitement creux. Et on ne part pas de zéro : aujourd’hui, un tiers de la population mondiale vit dans des constructions de terre.

voûte terre crue

Auroville Earth Institute réalise également des missions d’urgence pour reloger les populations victimes de catastrophes naturelles. Il a ainsi réalisé des programmes de construction après des tremblements de terre Bam en Iran (2003), à Haïti (2010), au Népal (2015) et après le tsunami indonésien de 2004.

Cultiver le bambou

Le Bamboo Center, créé à Auroville en 2009, accueille des architectes du monde entier pour des formations. Il s’agit d’apprendre à choisir la bonne variété et la bonne dimension de bambou. Certains, robustes, conviennent pour la structure d’une construction à 2 étages, d’autres sont parfaits pour les encadrements de portes ou de fenêtres tant ils sont décoratifs. La formation explique aussi la façon de cultiver ce matériau naturel qui permet à l’habitat de ne pas emmagasiner la chaleur.

« Le bambou sauvera le monde ! » proclament les animateurs du bambou center. Car, outre la construction, on peut à partir de ce végétal particulièrement renouvelable, fabriquer du textile et donc des vêtements, concocter de la boisson, produire du savon (contre l’acné :) sans parler des meubles et des instruments de musique.

Pour l’épisode 4, consacré à la gestion de l’eau et aux ENR, continuez à suivre le guide… c’est ici

 

No comments